La pension alimentaire : ce que c’est !

Le mariage est une union reconnue par la loi qui définit les modalités de la vie en communauté et la solidarité des conjoints. En cas de séparation, cette solidarité prend la forme d’une pension alimentaire à l’endroit des enfants.  Dans quel cas la pension alimentaire peut-elle être destinée au conjoint ?

La pension alimentaire à l’endroit des enfants issues du divorce.

La pension alimentaire en cas de séparation de corps est destinée aux enfants issues de l’union afin d’assurer leur bien-être. C’est une contribution financière qu’un conjoint verse périodiquement à son ex-conjoint à qui les enfants ont été confiés. Rendez vous ici pour constater que c’est un mécanisme qui est utilisé pour protéger les enfants lorsque les parents se séparent. Lorsqu’elle est issue d’une union, elle est versée afin d’assurer l’éducation et l’entretien des enfants. C’est le juge des affaires familial qui la fixe en fonction du nombre des enfants et des conditions générales de leurs gardes.

Que les enfants soient majeurs ou mineurs, ils bénéficient d’une pension alimentaire jusqu’à leur autonomie financière.  Elle doit couvrir les besoins essentiels des enfants et leur donner l’accès à l’éducation.

La pension alimentaire à l’endroit du conjoint.

La loi souligne le devoir de respect, de fidélité, d’assistance et de secours que les conjoints se doivent. Cette pension alimentaire est versée seulement pendant la séparation physique. C’est la période au cours de laquelle le divorce n’est pas encore prononcé et selon la loi, les époux se doivent solidarité. Étant donné que la famille est toujours liée, le patrimoine des conjoints est encore le même. Si l’un des conjoints ne participe plus aux dépenses et charges quotidiennes, le juge est en droit de lui faire obligation par une pension alimentaire. Lorsque le divorce prononcé, la pension alimentaire à l’endroit du conjoint n’a plus lieu d’être.